Code  de  déontologie  du  coach  vie

Le présent code de déontologie s’adresse aux coachs professionnels. Ces derniers sont tenus de le respecter. En cas de manquement à une ou plusieurs dispositions du présent code de déontologie, le coach professionnel devra cesser tout accompagnement.  L’objectif de ce code est de fournir un cadre à la pratique du métier de coach professionnel afin de sécuriser les clients. Les coachs s’engagent à respecter les principes moraux et les valeurs éthiques inhérents à la profession décrits ci-dessous.

Pratique professionnelle

1. Législation : les accompagnements dispensés par le coach professionnel doivent respecter les lois en vigueur dans le pays d’exercice. Le coach s’engage à se conformer aux décisions réglementaires liées à l’exercice de sa profession et à se plier à toutes les formalités administratives liées à son activité avec honnêteté et régularité.

2. Bien-être et surveillance : le bien-être physique, psychologique et émotionnel du client doit être une priorité pour le coach professionnel. Celui-ci s’engage à n’avoir aucun comportement abusif ou mettant en péril le bien-être du client. Sont considérés comme abusif, tout comportement :

‐ D’atteinte à la pudeur et abus physique

‐ Menaçant ou intimidant

‐ De harcèlement et/ou abus de nature sexuelle.

Le coach s’engage également à entretenir une relation bienveillante avec le client, basée sur l’écoute active et l’absence de jugement. Les questions posées par le coach se doivent d’être claires et précises en utilisant un langage correspondant au client. L’humour sera utilisé avec légèreté de façon à créer une ambiance détendue. Le coach doit veiller au cadre dans lequel il accueille ses clients, à le tenir propre et soigné afin d’inspirer la confiance et la sérénité. La communication du coach se voudra directe et bienveillante de façon à ne pas choquer ou être mal comprise. Les sentiments et émotions du coach ne doivent en aucun cas interférer dans la relation professionnelle qu’il entretient avec le client. Il doit avoir la capacité de garder son calme en toute circonstance.

3. Compétences professionnelles : le coach s’appuie sur sa formation de base, celles de perfectionnement qu’il aurait pu suivre et l’expérience acquise durant son exercice professionnel. Il n’accompagne le public que dans des missions pour lesquelles il est compétent et se sent dans la capacité de les mener à bien. Le coach s’engage à maintenir un haut niveau de compétence et une grande qualité de services en se tenant informé de l’actualité de la profession et en poursuivant sa formation en continu, tout au long de sa carrière.

4. Transparence : toutes les interventions et informations concernant l’accompagnement doivent être exposées au client dans un langage que ce dernier comprend dans un but de clarté. Le programme, les actions à entreprendre, les frais et les limites de l’accompagnement doivent faire l’objet d’une validation de la part du client

5. Vie privée : les problèmes personnels ne doivent pas être un frein à la réussite d’un accompagnement. Le coach acceptant une mission d’accompagnement doit en être physiquement et moralement capable. Si un coach ne peut plus assurer efficacement son travail, il doit en informer le client, et, si besoin, le diriger vers un confrère et prendre les mesures nécessaires avant de reprendre la pratique professionnelle.

6. Confidentialité : le coach professionnel est tenu au secret professionnel. L’identité et les informations personnelles des clients recueillies lors des séances ne devront jamais être divulguées sauf en cas d’obligation légale selon la législation en vigueur dans le pays d’exercice. Les limites de la confidentialité devront être clairement exposées au client avant la prestation. Les informations récoltées durant les temps d’échange avec le client ne doivent être réutilisées que dans le seul but de permettre l’évolution de l’accompagnement dans le strict intérêt du patient.

7. Relation client : la confiance s’établira d’abord par une discussion entre le coach et son client sur toutes les modalités de l’accompagnement (tarifs, rôle et attentes de chacun, limites, confidentialité, déroulement et fréquence des séances, durée de l’accompagnement). Ces modalités feront l’objet d’un contrat écrit ou oral devant être validées par chacune des deux parties. La relation avec le client est une relation professionnelle. Une neutralité bienveillante sera respectée par le coach tout en prouvant son intérêt pour la réussite du client et de ses objectifs. Cela exclut les relations amicales ou intimes entre le coach et un client. Il conviendra au coach de mettre fin à la relation si le client ne fait plus de progrès, si le coach ne parvient plus à adapter ses méthodes au client, ou si la relation affecte le client de façon négative. Le coach mettant fin à une relation professionnelle avant l’obtention des résultats escomptés prendra les mesures nécessaires pour la progression du client en l’adressant à un autre coach en mesure de le recevoir.

8. Renvois vers les professionnels de santé : le coach n’acceptera pas d’entreprendre un accompagnement s’il soupçonne le client d’avoir besoin d’un avis médical. Le travail du coach ne peut intervenir qu’avec le consentement écrit d’un médecin agréé dans ces cas-là.

9. Accords parentaux : un consentement écrit des parents ou du tuteur légal devra être signé avant toute prestation concernant un mineur.

10. Respect des membres de la profession : le coach s’engage à respecter ses confrères et les protéger de toute mauvaise publicité et source de nuisance liées à leur activité professionnelle. De même, il s’engage à respecter les croyances, opinions et divergences des clients et de ses collègues et à résoudre les conflits de manière professionnelle par le biais de la médiation et de la communication.

11. Respect de l’éthique : le coach s’engage à avoir un comportement professionnel respectant les normes morales et de bienséance. Il mènera ses activités dans le respect, l’humilité et la conscience professionnelle. Dans l’exercice de sa profession, il veillera à ne pas créer de conflits d’intérêts avec ses clients, à respecter leurs valeurs et principes sans dévoiler ceux qui lui sont personnels.